ACTIONS 2021

Projet de recherche en partenariat avec le Centre Pompidou

    • Projet de recherche aux côtés du Centre Pompidou intitulé Code, script, performance dans l'œuvre de Maurice Lemaître avec comme axes principaux :

     

    • La création comme activité de recherche,
    • Les nouveaux modes d'écriture et de publication,

     

    • Engagement du Fonds aux côtés du Centre Pompidou pour accompagner et faciliter le projet, le projet a été déposé par le Centre Pompidou auprès du Consortium « Eur ArTec » :

     

    • En accueillant les chercheurs au siège du Fonds,
    • En donnant aux chercheurs l’accès à l’ensemble des archives et œuvres du Fonds,
    • En autorisant en tant que détenteur de l’ensemble des droits de Maurice Lemaître, les éventuelles performances, projections, restitutions et publications réalisées dans le cadre de ce cursus.




Extrait du magazine du Centre Pompidou du 8 janvier 2021 : article de Mica Gherghescu :


À l’instar d’Isidore IsouMaurice Lemaître est un infatigable concepteur et producteur d’hypergraphies, de chorégraphies lettristes ciselantes, de films discrépants qui disloquent l’image, le son et le texte, de créations supertemporelles, et infinitésimales qui se proposent de réformer profondément les médias traditionnels, par une réflexion élargie appliquée aux arts plastiques, à la littérature, mais aussi à la pédagogie, l’économie politique, aux mathématiques, à la médecine ou bien à la psychologie.

 

Le projet de recherche « Actions d’un fanatique : code, script, performance dans l’œuvre de Maurice Lemaître », mené au sein de la bibliothèque Kandinsky et en collaboration avec l’unité de recherche Histoire des arts et des représentations de l’université Paris-Nanterre, entend explorer cette inventivité des pratiques performatives du langage, de l’image, des formes du spectacle dans la pratique lettriste à travers l’une de ses figures historiques.


Maurice Lemaître, « Canailles IV (3) », 1953
Épreuve gélatino-argentique, 19,1 × 18,4 cm
© Centre Pompidou

La description des premières séances du cinéma supertemporel de Maurice Lemaître donne bien le ton de la nature prospective des nouvelles performances lettristes : « Le titre du film-séance qui est à l’origine de Pour faire un film, et restera tel pour l’histoire du cinéma, n’est que provisoire quant à l’œuvre elle-même, et susceptible de changement constant. » Le cadre conceptuel généré par les textes et théories lettristes des fondateurs du mouvement, Isidore Isou et Maurice Lemaître, dresse les codes d’une virtualité incessante et d’une prodigalité créatrice dans tous les domaines de l’art et du savoir.

 

Le cadre conceptuel généré par les textes et théories lettristes des fondateurs du mouvement, Isidore Isou et Maurice Lemaître, dresse les codes d’une virtualité incessante et d’une prodigalité créatrice dans tous les domaines de l’art et du savoir.

 

 

Les œuvres de spectacle et les séances de débat qui les accompagnent sont les preuves directes de permanents dépassements qui interrogent et démultiplient les média d’expression. Elles représentent un terrain d’étude pour de nouvelles approches qui réévaluent les enjeux des performances ou de séances expérimentales de projection et de leur situation de monstration, dans une archéologie des formes d’inventivité théâtrale, cinématographique, sonore et chorégraphique.

 

À l’heure de grandes manifestations expérimentales des années 1960 et de la préfiguration des déplacements des médias, Lemaître invente plusieurs concepts et situations d’exposition provocateurs : le film-débat, les séances de discussion qui amplifient les objets de discussion, les environnements « méca-esthétiques » qui perturbent et affectent la matérialité des œuvres, les œuvres « suggérées », « effacées », « inachevées » et « infinitésimales » qui réclament, en veine conceptuelle, une participation incessante, intensive et infinie d’un spectateur aux aguets.

Maurice Lemaître, « Au-delà du déclic : film » ; précédé de « Maurice Lemaître dans la photographie ciselante, lettriste et hypergraphique, infinitésimale, supertemporelle » par Isidore Isou
Paris : Centre de Créativité, 1965
© Bibliothèque Kandinsky

En prenant appui sur le corpus archivistique de Lemaître (conservé aujourd’hui par le Fonds de dotation Bismuth-Lemaître), sur l’ensemble d’œuvres cinématographiques et sur les fonds archivistiques complémentaires du mouvement lettriste conservés auprès du Musée national d’art moderne, ainsi que par les activités d’autres acteurs essentiels du mouvement (François Dufrêne, Roland Sabatier, Roberto Altmann), le projet poursuit une approche génétique des formes d’écriture du spectacle lettriste : scripts, partitions, protocoles, scénarios, codes hypergraphiques, pellicules et bandes magnétiques affectées par les multiples opérations de réécriture.

 

Précurseur des « textes augmentés », il sera question d’analyser cet ensemble d’objets complexes, dans leur processus de création, en permanent déplacement et transgression : versions multiples réintégrations de textes, textes annotés, partitions phonétiques, bandes lacérées, tracts, protocoles de performance chorégraphique, bribes de scénarios.


Série de couvertures de « La Lettre : bulletin personnel d'opinion et d'information de Maurice Lemaître »
Paris : Maurice Lemaître, 1962-1978
© Bibliothèque Kandinsky


Un deuxième volet du projet se propose d’explorer les différentes extensions de ces objets lettristes complexes dans leur dimension de spectacle. Performances « de papier », films « sans pellicule », ou ballets diagrammatiques, tableaux activés par la dimension discursive, les œuvres de Lemaître relèvent souvent du registre de la performance-recherche et de la projection-scandale et s’inscrivent dans des logiques de programmation et de projection ou le débat et la dimension participative et interactive sont essentiels.

 

Il sera donc important de revenir sur ces différentes logiques de programmation expérimentale et alternative des années 1960-1970 qui proposent des situations de participation inédites, avec la substitution des acteurs-intervenants, des pratiques disruptives et l’interchangeabilité des structures narratives et dramatiques. Enfin, il s’agit de penser également les propositions performatives de Maurice Lemaître et de ses contemporains en tant que dispositifs de transmission et de pédagogie, inscrits dans un élargissement des moyens de créativité.

 

Par Mica Gherghescu

Responsable du pôle recherche, bibliothèque Kandinsky



Le projet, soutenu par Eur ArtTEc, est réalisé en collaboration avec le département Histoire des Arts et des Représentations de l’Université Paris X Nanterre.

 

  • Réunion de travail et de lancement avec le Centre Pompidou : 3 février 2020
  • Réunion avec le Centre Pompidou pour relancer le projet à la suite du confinement : septembre 2020.
  • Validation de la fiche de poste : octobre 2020
  • Entretien avec la candidate pressentie : novembre 2020
  • Accueil de Jeanne COUSSEAU au siège du Fonds le 17 décembre 2020.



Donation au Centre Pompidou


Le Fonds a été mobilisé durant toute l’année 2020 ainsi qu’au début de l’année 2021 par un projet de donation au Centre Pompidou d’un corpus représentatif de l’œuvre de Maurice Lemaître.

De nombreux échanges ont eu lieu avec les différents services du Centre Pompidou durant toute l’année 2020, afin de déterminer conjointement les typologies d’œuvres et d’archives susceptibles de les intéresser.

Puis en septembre 2020, nous avons accueilli au siège du Fonds, Bernard Blistène, Directeur du Centre Pompidou, pour valider la pré-sélection d’œuvres.

Le Comité des conservateurs du Musée National d’Art Moderne s’est réuni le 9 novembre 2020 pour examiner notre proposition de don et a émis un avis très favorable.

Le Conseil d’Administration du Fonds a validé le 29 novembre 2020, le périmètre définitif de la donation, composé de :

  • 8 films,
  • 6 tableaux,
  • 1 collage,
  • 8 lithographies,
  • 40 photographies,
  • Un ensemble d’archives, flyers, affiches, catalogues d’exposition.

La proposition, ensuite examinée par la Commission d’acquisition du Centre Pompidou, a été acceptée en janvier 2021.
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Plusieurs œuvres faisant partie de la donation sont exposées dans la nouvelle salle lettriste de l’exposition permanente du Centre Pompidou (salle 28 exposition permanente 5ème étage).
Image
Image
Image
Image
Image
Image